Nom latin

Tripolium vulgare

Noms vernaculaires

Oreilles de cochon, épinards de mer

Classification

ordre: asterales
famille: asteraceae
genre: tripolium

Floraison

Juillet à octobre

Période de récolte

Avril à août début septembre

Caractères bio indicateurs

On la trouve en environnement salin, en Lorraine parfois, tous les bords de côte, les estrans de la Baie du Mont St Michel et la Baie de Somme…

Description

C’est une plante haute de 0,40 à 1 m, vivace et rustique jusqu’à -20 °C. On dit d’elle que c’est un végétal « halophile » car elle a besoin d’une certaine concentration en sel dans son milieu pour prospérer. Sans cela, son espérance de vie est fortement réduite, sauf au stade de plantule cultivée. Elle ne craint pratiquement rien des vents, embruns, fortes pluies

Ses feuilles caduques sont grandes et lisses, en forme de spatules, de couleur vert pâle à vert foncé. Elles sont alternes sur la tige, entières, linéaires à lancéolées, glabres. Seules les feuilles inférieures sont pétiolées.

La floraison s’étale de juillet jusqu’en octobre, novembre pour la variété ‘Pannonicum’ qui est plus tardive. Les fleurs en capitules, larges de 2 à 2,5 cm, sont dissemblables. Les fleurs tubulées du centre sont jaunes, les ligulées sont lilas à blanche, ou bleue. L’inflorescence est un corymbe assez lâche de capitules. Elles donnent un fruit, akène brun jaunâtre, surmonté d’une aigrette à soies d’un blanc-roussâtre, au moins deux fois plus longue que le fruit.

Points de vigilance, confusions possibles

Rien de particulier à signaler, en dehors de la vigilance sur les pollutions possibles des lieux de cueillette

Petites et grandes histoires

L’aster maritime est originaire d’Europe, d’Afrique du Nord et des régions tempérées d’Asie. Son nom est originaire du grec et du latin : aster, qui signifie « étoile » comme sa famille les asteraceae. C’est une plante qui a été décrite et dénommée par Thomas Walter en 1788.

L’Aster maritime se cueille avant le lever du soleil, d’abord d’avril à fin juillet. Une seconde pousse se développe parfois, prolongeant la période de coupe jusqu’à la fin du mois d’octobre. On tranche les feuilles plates avec un couteau pour ne laisser que 1 cm de queue. La cueillette de ces végétaux est réglementée par les affaires maritimes : il faut posséder une licence pour obtenir une autorisation. Un particulier n’a droit qu’à 500 g par jour.

Utilisation cuisine

Le marché de l’aster maritime prend son ampleur depuis quelques années. Son parfum et son goût iodés sont plus prononcés que ceux de la salicorne. Elle se consomme crûe ou cuite comme les épinards

Autres usages

Pas encore eu connaissance d’autres usages

Principaux constituants connus

L’aster maritime est riche en oméga3, en fer, en iode, potassium et fibres, mais aussi vitamines A, C et D.

Secrets de sorcière

L’Aster maritime possède les mêmes propriétés que l’Aster amelle (Aster amellus)
On l’employait principalement comme astingent, en gargarismes contre les angines ou en lotions sont les inflammations oculaires.

Virgile en préconisait la racine cuite dans un vin à bouquet contre les maladies des abeilles.