Nom latin

Arctium Lappa

Noms vernaculaires

Grande bardane, Bardane officinale, Chou d’âne, Glouteron, Napolier, Herbe aux teigneux

Classification

Ordre: Asterales
Famille: Asteraceae
Genre: Arctium

Floraison

Fin juin à fin août

Période de récolte

Les racines de l’automne de la 1ère année au printemps de la 2nde année avant floraison.
Les tiges de mai à juin lorsqu’elles sont encore souples.
Les feuilles: avril à octobre.

Caractères bio indicateurs

sols riches et basiques et une exposition plutôt ensoleillée, voire mi-ombragée.

Description

La Bardane est une herbacée bisannuelle, de 80 cm à 2m de hauteur.
La tige est pleine, anguleuse, striée, pubescente, très ramifiée
Les feuilles sont grandes, alternes, ovales, obtuses, en coeur à la base et ondulées sur les bords, vertes sur le dessus et blanchâtres sur le dessous.
Les fleurs sont de couleur pourpre, tubulée, en corymbes de c apitules longuement pédonculés. L’involucre ouvert au sommet a des bractées vertes terminées par des crochets permettant la dispersion de fruits.
Les fruits sont des akènes. La racine est longue et pivotante, elle peut atteindre 50 cm.

Points de vigilance, confusions possibles

Il est possible de confondre les différentes bardanes entre elles. Mais elles ont toutes les mêmes propriétés culinaires et médicinales.
Au stade végétatif attention aux confusions possibles avec deux plantes toxiques, la Digitale et la Belladone. La racine de Belladone est assez proche de celle de la Bardane.

Petites et grandes histoires

Le nom scientifique du genre (Arctium) correspond au grec arktos (ours). Quant au nom vernaculaire (bardane), il est issu du latin médiéval bardana, altération du latin tardif dardana mentionné par Apulée, qui lui-même correspondrait au germanique daroth (= dard).
On trouve mention de l’usage de la Bardane (notamment en usage externe pour les ulcères et les morsures de serpents) depuis l’Antiquité, en passant par le Moyen-âge et les traités plus modernes jusqu’à nos jours. La grande bardane fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les domaines royaux par Charlemagne dans le capitulaire De Villis (fin du VIIIe ou début du IXe siècle). Le Dr Jules Offner (1873-1957) notait que la Bardane est « un remède populaire des plus employés et à juste titre ».

Utilisation cuisine

On mange les tiges (jeunes) pelées crues, lacto-fermentées, cuites à la vapeur… goût proche de l’artichaut.
Les feuilles peuvent êtres cuites pour diminuer l’amertume. On peut les utiliser pour faire des Noris. Dans ce cas ne pas les faire bouillir plus de 5mn.
Les racines de la 1ère année peuvent aussi être consommées, crues, râpées, cuites à la vapeur, à la poêle, en purée ou encore lacto-fermentées. Elles ont également un léger goût d’artichaut.

Autres usages

Pendant différentes guerres on a torréfié les racines pour faire un substitut de café. Les feuilles se fument parfois en guise de tabac. La bardane est cultivée en Asie comme un légume et utilisée en cuisine macrobiotique. Elle est appelée « gobô » au Japon. Elle entre dans la composition de produits cosmétiques pour stimuler la croissance capillaire. Et ses grandes feuilles dont la face inférieure est douce sont un papier toilette au top quand on est dans la nature.

Principaux constituants connus

Toute la plante et surtout la racine contient de l’inuline, jusqu’à 70%, du mucilage, du sucre, du tanin,des matières résineuses, des sulfates et des phosphates de potasse, de chaux, de magnésie, un principe amer (lappatine), une huile volatile à odeur vireuse… Les graines contiennent 15 à 30% d’une huile grasse légèrement amère.
Attention: une grande partie des composés polyinsaturés est détruite lors du séchage, la racine à l’état frais est donc potentiellement plus active qu’une fois séchée.

Secrets de sorcière

Les feuilles et la racine sont inscrites à la liste A des plantes traditionnellement utilisées de la pharmacopée française et leur vente, en l’état, n’est pas réservée aux pharmaciens. Les graines sont également utilisées mais surtout en Asie, en particulier en médecine traditionnelle chinoise.

Action physiologique: dépuratif énergique, diurétique, et sudorifique actif, spécifique de la plupart des affections de la peau et de la furonculose, détersif éprouvé. Elle est réputée favoriser le microbiote. La grande quantité d’inuline présente dans la racine agit comme prébiotique. Elle agirait à partir de 5 à 8 g par jour, ce qui équivaut à 15 à 30 g de racine. Elle a aussi été utilisée (racines) contre le diabète sucré.

Infusion ou décoction de plantes fraîches: 40 à 60g/l d’eau à boire en 3 tasses par jour.

Sirop: 1 partie de racine fraîche pour 8 d’eau et 8 de sucre: 30 à 100g par jour tel quel ou dans une tisane.

Teinture: 1 partie de racine pour 5 d’alcool, 1 à 10g dans une tasse de tisane 3 fois par jour.

Vin: 8g de graines par l de vin blanc, utilisé comme diurétique.

Onguent de Percy: 1 demi verre de de suc de feuilles mélangé avec 1 demi verre d’huile pour recouvrir les furoncles, ulcères et on applique dessus une feuille de Bardane.

Lotion pour les cheveux: (recette prise sur le dictionnaire de Paul-Victor Fournier) 100g de racines de Bardane, 100g de racine d’ortie, un demi litre de rhum!!!…. Masser avec la composition.

En médecine traditionnelle chinoise : elle est connue sous le nom de niu bang zi. Dans la médecine traditionnelle chinoise, on utilise le fruit, qui est froid par nature et qui devient froid et neutre après avoir été soumis à la chaleur. Le goût est piquant et légèrement amer, c’est pourquoi il est indiqué dans les attaques de chaleur dues au vent.
L’indication la plus courante concerne les maladies exanthémiques causées par les attaques de la chaleur du vent, comme la rougeole, la varicelle, la rubéole et les démangeaisons en général.

En homéopathie: usage fréquent de la teinture mère et des dilutions dans la gastralgie, l’ictère, la jaunisse, la dysentérie, les affections d’origines vénériennes, celles des organes féminins, les ulcères en général et toutes les maladies de la peau.

Usage vétérinaire: décoction de racine (50g/l d’eau) contre la gale des chiens, la chute des poils, et les démangeaisons. Racines fraîche mélangée à la nourriture pour les ovins atteints de toux.