Lamiaceae

Le nom vient du latin lamia. Un des premiers auteur à mentionner cette origine est Pline l’ancien qui parle de lamium comme d’une ortie morte ou fausse ortie. Lamia est tiré du même mot grec désignant une créature monstrueuse ogresse de la mythologie grecque. La corolle bi labiée peut évoquer une gueule ouverte. Cette forme de fleur (à deux lèvres) a donné le nom scientifique intial, Labiée.
La lèvre supérieure formée de 2 pétales soudés protège les organes reproducteurs des intempéries et du soleil. La lèvre inférieure, formée de 3 pétales soudées sert de plate-forme à l’insecte qui vient chercher le nectar.

La famille des Lamiaceae regroupe la plupart de nos plantes aromatiques.
Ces plantes poussent particulièrement en zones tempérées, mais aussi en zones chaudes, voire arides, comme le bassin méditerranéen.

Il y a 6 critères d’identification qui permettent d’identifier avec certitude une plante appartenant à la famille des Lamiaceae.

  • Tige carrée
  • Feuilles opposées décussées
  • Fleurs zygomorphes, (à symétrie bilatérale).
  • Corolle soudée en tube et bilabiée
  • Fleurs en glomérules
  • Ovaire divisé en 4 loges donnant un tétrakène, 4 petits fruits secs

La toxicité des Lamiaceae concerne surtout leur utilisation sous la forme d’huiles essentielles dont il faut impérativement respecter les précautions d’usage. Hors huiles essentielles, hormis des hépatites dues à un usage prolongé de médicaments à base de germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys L.), peu de cas d’intoxication à partir de Lamiaceae ont été décrits en France.

En rapport Entrées