Le climat Plante

Que ce soit pour la simple reconnaissance, le plaisir des yeux, de la rencontre, ou bien pour la recherche de “remède” de plaisirs gustatifs, il nous parait essentiel de prendre le temps de l’observation des plantes, observation pas seulement par le regard, mais aussi par tous les autres sens, écouter le bruit qu’elle fait dans le vent, son silence parfois, toucher délicatement sa tige, ses feuilles, ses parties fleuries, sentir ses odeurs, à l’approche, au froissement, sous la pluie, au soleil et enfin (uniquement si vous l’avez bien identifiée) la goûter… Soyons attentifs, intensifions notre état d’attention jusqu’à ce que la plante parle à nos sens par ses formes, ses couleurs, ses fragrances, jusqu’à percevoir nos propres réactions.

Pour Michel Faucon, chaque plante diffuse un climat qui lui est propre. Et chaque plante par sa structure, ses formes, ses parfums et ses couleurs apparait très différemment pour chacun de nous. A travers le climat plante ressenti, par la synergie de nos sens, nous devons arriver à reconnaitre le processus de vie qu’elle va provoquer en nous. Pour prodiguer un soin, conseiller une plante, il est important de considérer le climat que chaque plante propage, disperse, de considérer les influences qu’elle est capable d’émettre, de développer, de répandre, de saisir son atmosphère particulière.
Le Dr P.Henry a cherché à établir des correspondances entre l’évolution des plantes, les écosystèmes, le terrain végétal et le terrain biologique de ses patients. Il pensait que l’évolution de la forêt comme celle des groupements herbacés non forestiers, permettait d’associer un terrain caractéristique végétal à un syndrome biologique animal et humain et de prescrire ainsi une thérapeutique adéquate, douce et profonde.

En regardant les plantes, le lieu où elles poussent, nous avons d’elles une impression totalement personnelle. Il faut alors apprendre à aiguiser notre regard, utiliser et développer notre intuition afin de pouvoir retrouver certaines correspondances entre les plantes et nous-mêmes.

Les approches sensorielles

Aussi avant d’utiliser une plante sous différentes formes, son huile essentielle ou son hydrolat mettons tous nos sens en éveil, observons là, analysons les formes, les couleurs, sentons les odeurs jusqu’au plus profond de nous et essayons de trouver la plante en correspondance avec ce que nous sommes en ce lieu à ce moment…

Pour Michel Faucon qui se réclame de l’Ecole française d’aromathérapie scientifique, il faut avoir l’honnêteté et l’humilité nécessaires pour accepter l’idée que l’aspect moléculaire de la plante soit à lui seul insuffisant pour efléter et rendre compte de ses effets subtils et de ses produits aromatiques. Une approche sensorielle telle qu’évoquée plus haut offre une forme de compréhension complémentaire, une approche plus instinctive, comme atavique pour nous replacer au sein de la nature.

Pour aller plus loin

L’olfactotherapie

"Lorsqu'on examine la relation que les humains entretiennent avec les plantes, on constate qu'il existe plusieurs catégories de personnes. On peut ainsi concevoir qu'il existe plusieurs degrés d'évolution de l'aromathérapie, depuis la tradition jusqu'à l'aromathérapie scientifique qui se prolongerait et s'articulerait aujourd'hui à certaines approches sensibles pour un Art médical nouveau.
                                                                              Christian Escriva